L'Australie

Partir pour mieux se retrouver

12 février 2016

J’ai toujours eu l’impression d’être quelqu’un de relativement influençable. Cela ne signifie pas que je change facilement d’avis (on m’a d’ailleurs souvent fait remarquer que j’avais une légère tendance à être têtue), mais simplement que l’opinion de mes proches est très importante pour moi. Et parmi les personnes qui sont susceptibles de m’influencer, je ne compte pas seulement ma famille et mes amis : je peux aussi être à l’écoute des gens avec qui je travaille, des blogueurs dont je partage les valeurs, des personnes qui ont vécu des expériences similaires à celles qui m’intéressent… En ce sens là, être influencée ne paraît pas négatif car cela m’enrichi.

Le seul problème, c’est que j’ai la capacité émotionnelle d’une éponge. J’ai donc tendance à « absorber » tous les avis, conseils et autres recommandations qui arrivent jusqu’à moi, au point que j’ai parfois l’impression de perdre de vue ma propre opinion (ce qui explique pourquoi j’ai souvent tendance à me laisser emporter pendant un débat).

En préparant mon voyage en Australie, j’ai reçu des très nombreux conseils sur ce que je devrais faire au cours de mon séjour : « Puisque tu pars aussi loin, tu devrais en profiter pour visiter la Chine, l’Inde, la Thaïlande, l’Indonésie » (à peu près la totalité de l’hémisphère sud), « Tu devrais chercher un emploi dans la communication », « Si j’étais toi, je passerais mon permis avant de partir et je ferais un roadtrip sur la côte ouest australienne », « Tu sais que si tu travailles trois moi dans les mines, tu peux faire allonger ton visa d’une année supplémentaire », et même… « Si vous partez pour aussi loin, vous feriez aussi bien de ne pas revenir , de toute façon il n’y a pas d’avenir pour les jeunes en Europe ». Bien sûr, je sais que la plupart de ces conseils étaient donnés avec les meilleures intentions du monde. Certains, comme « Contacte donc la famille éloignée que nous avons là-bas, ça pourra t’aider » étaient même excellent et je suis très heureuse de les avoir suivis (Daddy si tu me lis). Mais comme il s’agit de mon voyage, j’ai dû faire de gros efforts de concentration pour ne pas me laisser submerger par toutes ces opinions différentes et garder la liberté de le construire comme je le souhaitais.

C’est pourquoi je ressens ce voyage comment un moyen de me recentrer sur moi-même. Partir seule à l’autre bout du monde est effrayant par bien des côtés, mais je suis heureuse d’avoir l’opportunité de prendre du temps pour réfléchir à ce que je veux vraiment. A ce voyage, qui est loin d’être planifié à 100%, ce qui me laisse la merveilleuse possibilité de le modifier en fonction de mes rencontres, de la météo, du prix des transports… et plus important que tout, en fonction de mes envies. Partir seule et dans un pays étranger me donne la chance incroyable de me retrouver moi-même.  Je serai dans une situation où, même si j’arriverai avec une énorme valise, je n’aurai pas de bagage. Les personnes que je rencontrerai ne sauront pas si j’aime sauter à pieds joints quand je suis contente, ou si je préfère les soirées sushis-séries aux boîtes de nuit. Et l’immense liberté que le voyage me confère, c’est celle de pouvoir changer d’avis quand bon me semble, sans avoir à me justifier. Avoir les mêmes goûts que ceux que j’ai en France ou les contredire, aimer aller danser un soir et refuser le lendemain, sauter au cou des gens que je rencontre ou ne pas lever le nez de mon bouquin… Bien sûr, tous ces exemples peuvent faire penser à des choses que je peux déjà réaliser chez moi. La différence est qu’une fois partie, je serai libérée de mes propres inhibitions, qui me poussent parfois à faire des choses qui ne me tentent pas vraiment et à en rater d’autres qui pourtant me faisaient très envie. J’ai l’heureuse impression que le voyage va me permettre de reprendre contact avec moi-même, me mettre face à mes propres choix, mes envies, mes ambitions. C’est ce qui me pousse à partir, pour mieux me retrouver.

Départ, J -11

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Maryamwhoop 15 février 2016 at 21 h 54 min

    Puisque tu pars aussi loin, tu ferais aussi bien de visiter aussi l’Indonésie, l’Inde, l’Iran (bah quoi ?), la Chine, la Corée, le Japon, les Etats-Unis, Cuba, le Mexique, l’Uruguay, l’Irlande, l’Espagne, l’Allemagne, la Slovaquie, la Russie, la Lune, Mars, Jupiter, Pluton, et la galaxie T416. Bon voyage !

    • Reply Marion 15 février 2016 at 22 h 19 min

      Mais bien sûr, c’est évident ! Et aussi l’Islande tant que j’y suis, c’est dans le même quartier 😉

  • Reply Pauline 20 février 2016 at 11 h 43 min

    Ma lumière, même si tu crois t’en rendre compte, je ne pense pas que tu réalises à quel point tu es courageuse de te lancer dans cette aventure ! C’est un voyage tellement HUGE que tu démarres (pas seulement géographiquement), et je t’admire de l’avoir préparé et bientôt de le VIVRE !!! Profite à fond pour découvrir le monde de Down Under et te (re)découvrir. See ya mate, take care!

    • Reply Marion 22 février 2016 at 12 h 29 min

      Merci ma lumière, tu es adorable et grace à toi j’ai (un peu moins) l’impression d’être dingue pour me lancer dans un projet pareil ! Et j’espère que tu sais que toi aussi tu te lances dans un magnifique, life-changing projet 😀

      Et je te dis : on se retrouvera de l’autre côté… de l’Equateur ahah ! Love ya mate, see you soon !

  • Reply lavéro 8 mars 2016 at 16 h 02 min

    parfaitement réfléchi…et bien dit!!!!

    • Reply Marion 9 mars 2016 at 3 h 20 min

      Merci Véro ! 🙂

  • Reply FAFOI 9 mars 2016 at 12 h 21 min

    Bon voyage en terre intérieur! oui quand on part comme tu le fais les rencontre sont vrais et au final c’est soi que l’on trouve. c’est le sentiment que j’avais en rentrant des Marquises

    • Reply Marion 14 mars 2016 at 1 h 15 min

      « Ce qui est important ce n’est pas la destination, c’est le chemin » Merci Fafoi pour tes paroles !

  • Reply Yanou 2 juin 2016 at 12 h 10 min

    Toi têtue ? Aurais-tu du sang breton en toi ? =D

    Merci pour les sourires que tu me transmets en te lisant !

    Je me réjouis tellement pour toi quand je te lis…!! Parce que je suis sûre que tu vas atteindre ton objectif, faire la meilleure rencontre qui sois : celle avec toi-même. « Les plus grands voyages sont les voyages intérieurs » (Hergé), mais il faut avouer que les voyages géographiques favorisent ces voyages intérieurs ! Bon voyage 🙂

    • Reply Marion 14 juin 2016 at 12 h 35 min

      Après presque 4 mois, je me rends compte à quel point c’est vrai… Et à quel point c’est intense… !

    Leave a Reply